Quelle idée de construire des maquettes de bateaux quand on habite à Colombes et que l'on souffre du mal de mer dans un train !!!

C'est tout moi ! Je ne sais pas de quand date mon amour pour les vieux gréements, mais tout ce que je sais, c'est que je perd tout sens du temps et de l'espace quand je me trouve face à un vieux voilier ou quand je visite un musée de la Marine. 

Il y a toujours une grande quantité de maquettes dans chaque musée de la marine, quel que soit le pays ou l'époque. Une maquette de bateau est une "machine à rêver".

J'ai ainsi visité les musées de la marine de Oslo, Lisbonne, Amsterdam, sans oublier Paris, La Rochelle, Rochefort-en-mer, Marseille.... ! et j'espère encore en visiter de nombreux à chacun de mes voyages. 

Ma première maquette en bois "ratée" fut La Galatée, dont je ne me souviens de rien, sauf que j'avais 10 ans. Puis j'ai monté des maquettes Heller en plastique, mais j'étais frustré car il ne s'agissait que de coller du plastique et le peindre.

Ma vraie première fut la "Santa Maria" en 1981. 

Puis j'ai fait un Langoustier de Camaret, un haranguier de Fécamp, 2 maquettes vendues aux enchères à Drouot en 90. Mais je le regrette et désormais je ne vends plus aucune maquette..... je les offre !!!!  ;-))

L'Amérigo Vespucci, une jonque chinoise, le Dolphyn et enfin le Race Horce constituent également ma "flottille". Mon pire ennemi : la poussière !

Photos : Harenguier (à gauche) : Langoustier (à droite) : Race Horse (2 dernières photos)

File3334 (2)

File0012

DSCN0156

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN0140

 

La construction en bois correspond quasiment à ce que fut la vraie construction.

Une quille en bois brut, des couples recouverts d'un ou deux bordés, des pièces uniquement en bois, vernies ou peintes. L'accastillage comprend des éléments en bronze ou en étain, du métal et d'autres aliages simples. Les éléments sont galbés à l'eau puis chauffés. Les assemblages sont collés ou cloués le plus fidèlement possible à l'original (du moins au plan fournit avec le kit)

Les mats sont en bois tourné ainsi que les vergues.

Les poulies, cap de moutons et autres éléments de maneuvres sont en bois, les cordages de différentes tailles afin de reproduire le plus fidèlement possible le gréement fixe (dormant) ou les manoeuvres. 

Les voiles sont teintes au thé et cousues à la machine (merci Maman de m'avoir appris à piquer).

Je collectionne des ouvrages, des photos, que je trouve sur le web, dans les musées ou les bibliothèques. Je suis un fervent visiteur du Salon du Modélisme (en espérant qu'il revienne un jour car actuellement il n'existe plus)

Je surveille les sites de ventes du web pour rechercher les kits de mes futures maquettes.

Mon matériel de construction est fait de bric et de broc récupérés et de mini outillages spécialement adaptés. Je travaille à la loupe et la pince à épiler. Pour un navier moyen il faut plus de 600 petits noeuds ..... Je trouve de temps à autre des stocks de bois à récupérer.

Mes prochaines réalisations en projet et donc à venir : 

- Le Bélem  (célèbre navire ancré à Bordeaux)

- Le Pourquoi Pas (du Commandant Charcot)

- L'Hermione  (Le navire de La Fayette)

- Le Fécamp  (Harenguier)

- Le San Francisco ( Galion du 16 ème siècle)

- Le Cutty Sark   (Navire historique américain)

- Le Pandora  ( Navire qui poursuivit le célèbre Bounty révolté)

- Le Régina (bateau hollandais)

- La Marie Jeanne  (Langoustier français)

- Le Victory  (Naviral amiral de Nelson)

 

De quoi largement occuper mes longues soirées d'hivers !!!!!  

Vous pouvez consulter les messages qui expliquent et montrent quelques réalisations et le montage en cours (Santa Maria)